G  

© 2009 Bertrand Bonnetier

Gaillarde : Danse d'origine française, en vogue au XVIe siècle, à trois temps et d'un tempo assez vif. Elle se conforme au schéma rythmique suivant : trois brèves, une longue, une brève. Elle était souvent jouée après une pavane dont elle imitait la forme mélodique.

Galop : Danse très en vogue à Paris au XIXe siècle, très vive et de mesure binaire, dont le rythme imite celui du galop d'un cheval. Johannes Strauss écrivit plus de trente galops.

Galoubet : Petite flûte à bec à trois trous, répandue depuis le XIe siècle. On 1'utilise pour accompagner la farandole.

Gamme : Succession de notes entre lesquelles il existe des rapports déterminés. Ainsi, dans la gamme majeure, les rapports entre les notes sont organisés par tons et par demi-tons. La gamme diatonique, celle qui est la plus souvent utilisée dans la musique occidentale, est constituée de sept notes. La gamme chromatique procède uniquement par demi-tons. Une gamme défective est constituée de moins de sept notes, ce qui laisse supposer qu'il peut y en avoir d'autres. La gamme par tons, très utilisée par Debussy, bannit l'emploi de demi-tons. Ainsi, on obtient : do, ré, mi, fa dièse, sol dièse, la dièse, do.

Gavotte : Danse française originaire de la ville de Gap. Elle est écrite en mesure binaire et se danse avec des sauts et des figures variées.

Gigue : Danse qui se dansait à pas rapides, née en Angleterre au XVIe siècle puis introduite à la cour de Louis XIV. Elle fut par la suite utilisée par les compositeurs de suites instrumentales pour servir de mouvement final. Elle peut être traitée de deux façons, le style français emploie un mouvement modéré et une écriture fuguée, le style italien est très vif et de caractère plus simple. La gigue comporte une ambiguïté rythmique la mesure peut être soit binaire soit ternaire.

Giocoso : Terme italien signifiant joyeux.

Glissando : Technique de jeu qui consiste à jouer très rapidement tous les sons entre deux notes de façon à donner l'impression de glisser d'une note à l'autre. On peut la réaliser facilement à la voix ainsi qu'au violon. Au piano et à la harpe on y arrive en glissant rapidement l'ongle du pouce d'un endroit à l'autre.

Glockenspiel : Mot allemand désignant un instrument composé de lames d'acier que l'on frappe avec un marteau pour produire un son de cloche. Lorsqu'il est conçu pour faire partie d'un orchestre symphonique, cet instrument peut avoir une étendue de deux octaves et demi.

Gong : Instrument à percussion fait d'un grand disque légèrement concave, en cuivre ou en bronze, dont le diamètre peut varier de vingt centimètres à plus d'un mètre. Répandu dans tout le sud-est asiatique depuis l'Antiquité, cet instrument produit un son indéterminé mais très profond. Les facteurs de gongs préservent très jalousement leurs secrets de fabrication.

Grave :

  • Adjectif qui désigne le registre le plus grave de l'étendue sonore : on dit qu'une pièce est écrite pour une voix grave.
  • Indication de tempo voisine de l'indication largo, c'est à dire très lent.

Gravicembalo : Un des termes les plus anciens pour désigner le clavecin.

Grégorien : Le chant grégorien est le chant liturgique en usage dans l'Eglise catholique depuis le IXe siècle. Il y à huit "tons" grégoriens, c'est à dire huit modes dans lesquels les mélodies sont écrites.

Grelots : Petites boules métalliques dans lesquelles sont placées des billes de métal. Ces instruments eurent une valeur magique dans les cérémonies religieuses des peuples primitifs.

Grosse Caisse : Grand tambour frappé d'un marteau à tête de liège ou de feutre. Elle ne produit que des sons indéterminés et les compositeurs l'emploient généralement dans les œuvres descriptives.

Grupetto : Ornement rapide en usage depuis le XVIe siècle. Il consiste à ajouter trois notes de broderie autour de la note principale en commençant soit par le haut soit par le bas. Ainsi, sur la note do il est possible, selon le signe employé, de jouer soit si, do, ré, do, soit ré, do, si, do.

Guide-main : Appareil constitué d'une barre de fer placée à une hauteur déterminée devant le davier d'un piano pour obliger les mains à adopter une certaine position. De nombreuses méthodes pour bien apprendre à jouer du piano furent inventées tout au long du XIXe siècle mais heureusement elles furent toutes abandonnées pour des techniques moins nocives.

Guimbarde : Instrument de musique formé d'une lame d'épaisseur inégale, placée sur un cadre en forme de fer à cheval. On pose les extrémités du cadre contre la mâchoire et on fait vibrer la lame. Les résonateurs de cet instrument sont constitués par les mâchoires, les lèvres et le pharynx qu'un musicien habile peut mouvoir. Les sons divers qu'il produit ont un caractère mystérieux qui n'a jamais cessé de fasciner les peuples.

Guitare : Instrument à cordes pincées. Issu de la famille des cithares, cet instrument semble être né en Espagne au XIIe siècle. Il fut très à la mode dans toute l'Europe au XVIe siècle, époque où il commença à adopter sa forme actuelle. Elle est constituée d'une caisse de forme ovale, percée d'une ouïe circulaire, étranglée en son milieu et surmontée d'un manche avec 11 frettes métalliques et un chevillier. L'instrument moderne possède 6 cordes de boyau, dont trois plus graves sont entourées de métallique. L'accord de bas en haut est fait des notes mi, la, ré, sol, si, mi.