F  

© 2009 Bertrand Bonnetier

Fado : Chanson portugaise de forme strophique, née au début du XIXe siècle.

Fandango : Danse d'origine andalouse qui fut reprise et exploitée par de nombreux compositeurs classiques.

Fanfare :

  • Morceau court pour cuivres, signalant le début d'une cérémonie ou d'une partie de chasse.
  • Les compositeurs classiques introduisirent des fanfares jouées par des cuivres dans leurs symphonies.
  • Orchestre formé exclusivement d'instruments à vent et de percussion.

Fantaisie : Titre donné à certaines pièces de musique pour instrument à clavier. Ce mot apparaît au XVIe siècle. Il n'implique aucune structure précise mais souligne au contraire le caractère improvisé de toute œuvre appartenant à ce genre.

Farandole : Danse propre à la Provence dans laquelle tous les danseurs se prennent par la main pour former une longue chaîne. Ils sont conduits par des musiciens jouant du galoubet et du tambourin. La musique de cette danse, écrite dans une mesure de 6/8, est d'un tempo assez lent. Certains compositeurs français l'ont évoquée dans leur musique, particulièrement Bizet dans l'Arlésienne.

Fausse relation : Terme du langage harmonique. Une fausse relation apparaît quand deux notes distantes seulement d'un demi-ton l'une de l'autre se suivent dans deux voix différentes. Par exemple, lorsque l'on joue un mi dans la voix supérieure suivi immédiatement par un mi bémol dans la basse. Au XVIIIe siècle, ce genre d'enchaînement devait être évité mais le romantisme balaya toutes les interdictions.

Fausset : Technique vocale particulière aux hommes et qui permet de chanter dans un registre aigu équivalent aux voix féminines. La voix de fausset n'est pas très volumineuse mais possède une sonorité très claire qui la rend adaptée pour les messes et pour la musique du Moyen Age.

Fierlich : Mot allemand employé en musique pour suggérer une ambiance solennelle.

Fermata :Mot italien signifiant arrêt. Aux fermate l'orchestre s'arrête et le chanteur prend le temps de déployer sa virtuosité dans des vocalises.

Festival : Ensemble de concerts annuels donnés dans un cadre particulier, avec des musiciens de haute qualité et généralement consacrés à un thème précis, soit un compositeur unique, soit une époque. Le premier festival eut dédié à Haendel en 1784 et eut lieu à l'abbaye de Westminster, à Londres.

Feuillet d'album : Pièce pour piano, facile et brève, que les compositeurs avaient l'habitude d'écrire dans les albums de leurs amis et protecteurs. Les plus célèbres sont ceux de Schumann.

Fifre : Flûte traversière en bois, de petites dimensions, avec seulement huit trous. Son son aigu le rendait particulièrement approprié à la musique militaire.

Figuralisme : Procédé de composition qui consiste à illustrer le texte d'une chanson par des motifs mélodiques qui évoquent le contexte : les exemples les plus faciles à entendre se trouvent dans les chants de guerre ou de chasse.

Finale : Dernier mouvement d'une œuvre instrumentale ou vocale, d'un tempo vif et d'un caractère brillant.

Fioritures :Ornement ajouté par les chanteurs de bel canto pour embellir la mélodie.

Flageolet :Petite flûte à bec apparaissant au XVIe siècle. Elle est percée seulement de six trous : quatre à l'avant et deux à l'arrière du tuyau. Au XIXe siècle cet instrument fut très en vogue pour accompagner des danses.

Flamenco : Musique d'origine andalouse exprimée par un chanteur accompagné de guitaristes et de castagnettes. On y discerne les influences des différentes cultures qui ont fleuri dans le sud de l'Espagne.

Flebile : Mot italien qui signifie plaintif.

Flat : Mot anglais pour bémol.

Flatterzunge : Technique propre à la flûte qui consiste à attaquer une note et à la faire vibrer en prononçant la consonne r, ce qui produit une sorte de trémolo. C'est le compositeur Richard Strauss qui fut le premier à l'introduire dans l'orchestre.

Flautando : Technique des instruments à cordes qui consiste à faire jouer l'archet sur la touche afin de produire un son proche de celui de la flûte.

Flûte traversière : Instrument à vent consistant en un tuyau que l'instrumentiste tient de côté. On souffle dans un trou situé à une extrémité et qui se nomme embouchure. La flûte traversière est un instrument très ancien. Il en existe de toutes tailles depuis l'Antiquité. La flûte européenne a pris sa forme définitive au XIXe siècle. Elle mesure environ 67 cm et elle est fabriquée avec des métaux divers, les plus belles étant faites en argent ou, même, en or. Varèse a écrit pour une flûte fabriquée en platine une pièce qu'il a appelée Densité 21,5 à cause de la densité le ce métal. Des clefs permettent d'assurer une justesse plus grande. Dans la famille des flûtes il existe deux autres membres le piccolo et la flûte en sol.

Flûte à bec : Petite flûte en bois que l'instrumentiste tient droit devant lui. Elle ne possède que huit trous et a donc un registre plus restreint. Cet instrument fut très en vogue au Moyen Age et pendant la Renaissance. Au XXe siècle quelques compositeurs se sont à nouveau intéressés à cet instrument. Il existe cinq membres dans cette famille, respectivement, du plus aigu au plus grave, le sopranino, le soprano, l'alto, le ténor et la basse.

Flûte de Pan : Instrument à vent comprenant plusieurs tuyaux attachés ensemble et faisant entendre la gamme diatonique. Toutes les cultures ont produit des flûtes de ce type, de la Chine à l'Amérique du sud, de l'Antiquité grecque au Moyen Age européen. La flûte aux trente-trois tuyaux du Pérou est la plus grande que l'on connaisse.

Folgend : Expression allemande signifiant qu'il faut jouer les pièces à la suite les unes des autres.

Folia : Mot espagnol qui désignait à l'origine une danse à 3 temps, rapide et mouvementée. Petit à petit quelques compositeurs, entre autres Corelli, ont utilisé ce terme pour nommer certaines de leurs pièces. La mode s'en étant répandue dans toute l'Europe, cette danse connut une transformation : elle devint lente et finalement ne désigna plus qu'une mélodie fixe, faite d'une phrase descendante et employée comme basse continue.

Fonction tonale : Toute la musique classique européenne est basée sur un système de lois harmoniques très strictes ressemblant quelque peu à la grammaire d'une langue. Au XVIIIe siècle ces lois étaient basées sur l'importance de trois notes fondamentales de la gamme, la première, la quatrième et la cinquième. Les rôles que pouvaient jouer chacune de ces notes dans l'harmonie de la phrase étaient définis par leur fonction tonale. Par exemple, dans la gamme de do, les fonctions tonales que la note do peut avoir sont de plusieurs sortes : elle peut appartenir à l'accord de do et, dans ce cas, elle a une fonction de tonique. Elle peut appartenir à l'accord, de fa et, dans ce cas, elle devient sous-dominante.

Fondamentale : Terme du langage harmonique. Chaque note est composée d'une note dite fondamentale et d'une série d'harmoniques. Les accords de la musique européenne sont basés sur ce phénomène acoustique et la note la plus grave de l'accord s'appelle la fondamentale.

Forlane : Danse origine de la province italienne du Frioul. A l'origine, simple danse populaire réservée aux gondoliers vénitiens, elle fut reprise par les compositeurs français et allemands qui l'introduisirent dans les suites.

Formant : Concept relatif à la constitution du son. Selon la forme de l'appareil qui produit le son, certaines harmoniques sont mises en valeur ce qui détermine le timbre du son. Ce paramètre est appelé le formant.

Forme : Terme d'analyse musical recouvrant une réalité complexe. La forme d'une œuvre est la façon dont les éléments qui la constituent sont agencés mais les critères utilisés diffèrent selon les époques et les musicologues. Au XVIIIe siècle, la forme était déterminée par la disposition des thèmes dans une œuvre. La priorité était ainsi donnée à la matière mélodique : on distinguait la fugue basée sur un thème unique, la sonate sur le retour de deux thèmes contrastés après un développement, le rondo sur un thème répété. Parfois des formes nées à une certaine époque furent adoptées à l'époque suivante mais elles perdirent graduellement leur caractère et leur fonction d'origine. Ainsi la forme suite qui, au départ, était véritablement une suite de danses à danser devint une forme instrumentale avec des lois bien définies et n'ayant plus rien à voir avec ses origines. Au XIXe siècle, les compositeurs préservèrent beaucoup des formes du siècle précédent mais en les modifiant à tel point que, par exemple, la seule parenté existant entre une sonate de Haydn et une sonate de Chopin se trouve dans le titre. De nouveaux cléments - rythme, timbre, intensité - jouèrent alors un rôle aussi important que la mélodie dans la détermination de la forme.

Forte : Terme italien, qui peut être écrit en toutes lettres ou sous la forme d'un simple f . Il sert à indiquer quand il faut jouer fort. Terme désignant la pédale de droite du piano qui amplifie le son produit.

Fortissimo : Superlatif de forte. Indique qu'il faut jouer très fort.

Fouet : Instrument à percussion formé de lames en bois qui, lorsqu'on les cogne les unes contre les autres, produisent le son d'un fouet.

Fox-trot : Danse des Noirs américains qui devint très populaire après la Première Guerre mondiale.

Free-jazz : Terme introduit par Omette Coleman vers 1960 pour décrire un stade de l'évolution du jazz. La pulsation très rythmée caractéristique du premier jazz est abandonnée. La structure du jazz classique disparaît, l'improvisation devient beaucoup plus libre et tous les styles de musique, du rock à la musique sérielle, sont introduits.

Fréquence : Nombre de vibrations par seconde qui sont produites par un corps sonore. La fréquence d'un son se mesure en hertz.

Frettes : Eléments fabriqués soit avec des cordes fines, soit avec des tiges en bois, ivoire ou cuivre et fixés tout au long du manche des instruments à cordes de la famille des luths.

Frottement : Mouvement de l'archet sur la corde des instruments de la famille des violons. Terme d'harmonie décrivant l'effet sonore produit par la rencontre de deux notes dites dissonantes, telles la seconde ou la septième.

Frottola : Forme italienne du XVe siècle où se combinent poésie et musique. Sur un poème de structure strictement définie, le compositeur greffe une musique qui n'a aucun rapport avec le texte. La même musique peut d'ailleurs servir à n'importe quel poème de structure analogue. Les poèmes sont à moitié chantés et à moitié parlés avec un accompagnement de luth.

Fugue : Une des formes polyphoniques les plus importantes de la musique classique européenne. Elle peut se définir comme l'organisation de tous les procédés contrapuntiques en un tout cohérent. La fugue est construite de plusieurs sections dont le nombre est indéterminé : l'exposition ou le thème, appelé aussi sujet, se fait entendre suivi de sa réponse, puis des divertissements permettant d'explorer les différents aspects de la mélodie en modifiant les intervalles et en modulant. A certains moments, le sujet est réexposé dans diverses tonalités avant d'être enfin réentendu dans la tonalité principale. Les fugues peuvent être écrites pour un nombre de voix qui va de deux à cinq. Elles ont souvent été écrites pour les instruments à clavier mais les compositeurs de symphonies ont su introduire cette forme dans leurs œuvres.

Futurisme : Mouvement artistique du début du siècle. Le principal musicien à en faire partie était un italien du nom de Russolo : il fabriqua des instruments de musique avec divers objets qui produisaient des bruits rappelant ceux de la vie quotidienne, crissements de freins, bruits d'usines, etc.